Sede vacante

Il est de ces chrétiens de prétention noire À vous juger le Pape avec des yeux démons, Ceux-là qui se feront la vertu méritoire De redresser l’Église et de sauver les bons ; Dans le cercle imprécis qu’ils retrouvent encore Et sans fin, le petit microcosme imprudent Qu’ils ont choisi d’aimer d’une âme qui pérore,…

Le règne de l’Argent

Depuis que ce miasme a conquis notre monde – Un an de cette vie où la mort a frappé –‚ À croire que l’argent ruisselle et nous inonde‚ À croire qu’un filon fut brusquement happé. Comme le fric s’écoule en un torrent de dettes‚ Le nombre subit l’heure où tout aura fermé ; Les ventres…

Sur les barbares et leur barbarie

La censure est ce bien que l’on oppose aux bons‚ Ce fléau de justice abattu sur le juste‚ Magnanime grelot d’une immondice auguste‚ Loin de cet humble éclat du moins grand des Bourbons !   L’inepte tolérance est vertu du barbare Qui prend l’atour civil et se pare de peaux‚ Qui‚ quand on le démasque avec…

Argentiers et argenteries

Quand jadis soigner l’homme entraînait la science À guérir le malade et soigner le mourant, De nos jours un miasme est produit de finance ; Maligne tragédie à l’atour rassurant,   Le fric ruisselle gras pour semer la misère. Pour que l’époque change il mettra le turbo, Comptant vendre un sérum on en fait l’émissaire : La…

Les cannibales de ce siècle

Ils écrivent l’horreur sur le front de nos maux, Défendent avec foi la mort des plus fragiles, Jusqu’à leur préférer ces bêtes animaux. Projetant sur des chats leurs thèses imbéciles   (Ces chats, étonnamment, ont des désirs humains…), Ces gens diront coupable une enfant trisomique, Lui reprochant de vivre et d’avoir ses deux mains ! L’animaliste…

Te non laudano

Le silence effondré d’habitudes impies Rouge du sang des doigts de ses serfs africains, Oublierait-il déjà que les désirs faquins Fuient ce moment volé par leur âme de pies ?   Aujourd’hui, le virus ravage nos greniers ; Demain, c’est comme hier, clame l’économiste – Vol, pillage, conflit, massacre… –. Opportuniste, L’argent clame : biens, fric, espèces et deniers,…

Foi de frère

Avoir le goût du monde et de cette superbe Qui vous conduit sans fin sur les canaux d’ennui, Comme un fol ombragé d'une exécrable gerbe, Sentir un beau malheur duquel le vain a lui N’est-ce donc point la fin, la limite mortelle, Qui vous prennent à vif sans rien laisser pourrir ? Quand pleuvent les printemps…

Les élus de Dieu

D’un peuple qui jadis espérait le Sauveur, Regardez le cœur fier rejeter sa victoire, Lui qui priait naguère avec grande ferveur, Voilà qu’il se fait fort de refuser sa gloire.   Sur cette croix, souffrant, Dieu voit le peuple élu Se rebeller bientôt contre Rome la grande, Perdre Jérusalem pour un hurluberlu Et se terrer…

Gaieté et autres joyeusetés de ce temps

Contre le mariage et la famille humaine, Un jour, fut décrété ce légal immoral ; L’imbécillité fourbe à l’atour viscéral Dénomma le sensé du vocable de haine ; Tout ce qui refusait la folie et l’abscons, L’injuste l’appela du nom d’homophobie ! Se retrouvaient, de fait, brisé par la lubie, Le beau, le vrai, le bien, plutôt que…

Les journalistes

Je redoute la guerre et la peine indicible,  La colère qui monte en ce pays mortel.  Un sérail sclérosé qu’on croirait invincible, Préférant s’acquérir sur un sinistre autel Les parvenus du monde en leur hégémonie,  Répand sur notre France un venimeux pastel. Le peuple qui s’est tu, que l’élite renie,  Ces gens lui font de…

De la paix au Levant

De l’amour et la paix je ne supporte plus Cette religion sanguinaire et barbare ; Soumission – son nom arabe – et ses barbus, J’en exècre le goût de mensonge en fanfare. Vous leur serrez la main, ils vont se la laver : Sous les airs policés de ces messieurs sans dame, Il n’est que rêve ingrat de venir…

En vers contre l’ennemi

Sous cet œil dédaigneux de chefs incompétents, Le Turc a décidé cet atroce massacre ; Quand les grandeurs du monde et leurs mots inquiétants Ont choisi de laver leurs mains, la fumée âcre Répand la mort partout dans ce pays lointain. Honte à Macron, qui tait par son béat silence La bombe qui explose et l’avenir…

Monde virtuel

Naviguant dans l’espace où je veux d’un œil vil Épier le vice humain dans sa plus noire frange Lorsqu’il choisit ce point bleu, jaune, rouge, orange (Et se dit qu’il fait là quelconque acte civil), Sur la page des ans je trace ce long fil, D’une plume distraite à l’âme de l’étrange. Comme un appel…

Homard meurtri

Comme un silence noir qui pleure son désir,Fantastique soudain d’une lampe discrète,Une âme de haillons peureusement furète,Et choit, tout incongrue, aux pieds du grand vizir. Plaisantin de passage, admire ce spectacle,Regarde la folie explorer ses tourments, Son cri vient à briser les malheureux serments D’un drôle circonspect porteur d’un faux miracle. Un homard l’a flingué…

Suffocation

Chaleur d’hiver canicule d’étéplus de saisons disent-ilsla douceur oubliéela fraîcheur perdued’une enfance idéalelourdeur sur la têted’un plomb qui sauteet d’un homme qui cuitsouffrance des sens et des corpsvolcan à l’intérieurrévolte face à ce monde briséextrême solaire brûlure intempérieces mots ne trompent plussauf les aveuglésdu fric et du pognonqui croient encoreque l’homme sauvera l’hommecar il a…

« Pas à toi ! »

Protégé par Cléo Hier éliminés, détruits, crachés, vaincus, Les patois des Français qui furent bon usage, Reviennent désormais, phénix parfois cocus, Que l’autre République extermina de rage ! Ces tendres harmonies eurent beau vivoter, Pas un homme des temps pourra dire avec force Qu’il parle le patois du village. Lutter Comme un lion puissant tel que…

Enchaînés à l’enfer

Protégé par Cléo https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/enchaines-a-lenfer https://youtu.be/CjRdbA3diAI Et la vidéo YouTube Ecrit en une demi-heure, montre en main. Poison qui se les amalgame,On nomme gloire un alambic... –Dans le silence on joue un drame,Triste morsure d’un aspic ! On nomme gloire un alambic,Plongeon dans le néant du vide –Triste morsure d’un aspic,Sous le regard d’une impavide ! Plongeon dans…

Singer l’absurde

Protégé par Cléo Savoir que l’homme mange et dévore la chair, Consomme une viande à la cuisson saignante, Un crime, paraît-il, qui doit leur coûter cher, Ce meurtrier moderne et sa fourchette ardente. Micros et caméras sous le coude, ils l’ont fait : Ces deux cents détenus verront leur vie en rose ! Entendez, chers lecteurs, cet…

Quelque part, à Wembley

Protégé par Cléo Les Dragons l’auront fait que le Quinze publie : « Quelquefois celui-là peut gagner quelque rien ! » Le Treize n’est pas mort mais le Quinze sait bien Tout ce qu’il vaudra mieux que point l’on ne publie. Je le fais à sa place en posant ces mots sombres ; Car ce…