Gaieté et autres joyeusetés de ce temps


Contre le mariage et la famille humaine,
Un jour, fut décrété ce légal immoral ;
L’imbécillité fourbe à l’atour viscéral
Dénomma le sensé du vocable de haine ;
Tout ce qui refusait la folie et l’abscons,
L’injuste l’appela du nom d’homophobie !
Se retrouvaient, de fait, brisé par la lubie,
Le beau, le vrai, le bien, plutôt que les balcons
Qui proclamaient leur amour en réclamant le crime :
Je me souviens de l’homme rêvant d’un attentat –
De l’autre gazouilleur conseiller de l’État –
Et de ces tolérants geignant que l’on exprime
Une autre opinion que leur stupidité.
Quand plus d’un million par trois fois se rebelle,
L’ode au frêle amoureux ne se fait que plus belle :
Par cet heureux hasard à l’air prémédité,
Contre toute habitude on dit que la police
Sait beaucoup mieux compter les vilains-très-méchants.
Pour comble de tendresse et d’atours aguichants,
La preuve irréfutable est l’ombreuse malice
De l’image truquée ou du gaz larmoyant :
Les pas-gentils-du-tout ne peuvent pas connaître
Ce que c’est que l’amour, la douceur de son être,
Qui se proclame vrai tout en se guerroyant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s