Louange de nos frères les oiseaux

Entendez les oiseaux qui chantent à l’envi Leur unisson de chœur en cette fraîche aurore – Ces heureux pépiements dont l’air aura ravi La piété du simple à l’âme qui colore – ? Car tous ces pépiements volent et vont joyeux‚ D’une brindille à l’autre ils se plaisent à rire ! Vous-même‚ oserez-vous contempler le…

Victoire de la Croix

Car l’ombreux déferla dans le premier jardin, Perdu, l’homme a caché ce que la faute outrage, Il souffre ses enfants et suinte son ouvrage, Et pour ne jamais choir prend pierres et gourdin. Dès lors, le bruit qui lance un regard de dédain Révère un diviseur tout écumant de rage ; Le fourbe du mensonge…

Dieu vomit les tièdes

Se laisser inspirer par la grâce des mots, Toucher par la folie humaine, humble et sainte, De ce Dieu tout aimable à la sublime étreinte, Comme si sur la Croix nos douleurs et nos maux Avaient rejoint son Cœur d’une âme délicate ; Comme si cette Hostie et ce Vin consacrés Rejoignaient nos désirs en…

Mon témoignage

Je n’oublierai jamais l’ombre de leurs visages‚ Leurs mots carnassiers sans la moindre merci Giflant‚ giflant encore un peu de mes airs sages D’opprobres et jurons lancés sur mon souci.   J’étais ce garçon fier qui recherchait la joie. Je doute qu’il le sût‚ l’écolier suffisant‚ À préférer l’insulte et le regard qui broie‚ La…

Manifestation

Dans ce monde étriqué en quête de spectacle, Dieu s’est manifesté dans la discrétion ; Je crois qu’il fit ainsi le sublime miracle De venir sur la fange annoncer à Sion   Le salut pour le peuple et pour la terre entière ! Il régnait de la paille et non par l’or sanglant ; C’était lui, le poupon…

Sceau conjugal

Subtil amour qui prend les bras de son amante, Doux soupirs de l’étreinte en ce soir étonné, Heureux de voir les ris d’un couple abandonné À l’ivresse des sens et leur beauté charmante.   Prenant la douce main de son tendre amoureux, Cette femme couvrit son nu de ses caresses, L’entraîna lentement dans les folles…

Fête d’anniversaire

Souffler sur le gâteau cette bougie en plus, Signe des ans qui vont et partent de ma vie… J’y vois comme une joie à la beauté ravie De me laisser aimer par ces moments élus,   Bénis par ces vivats, cette note amicale, Ce chant, comme un passage au-delà d’un muret, Du plus loin généreux…

Couvre-feu

Ils ont couvert la France avec le plomb des mots, Ils ont brisé ce peuple à qui la foi naguère Évoquait le doux son d’une brise légère ; Ne reste plus que l’ombre et le triste des maux.   Le Feu d’amour s’éteint dans l’âme de la France, Qui donc pour rallumer la flamme du bonheur ?…

Radicalisation

L’ardeur du témoignage au cœur missionnaire, Voilà l’exemple à suivre en ce monde perdu ; Tandis que le Démon fait gronder le tonnerre Dans son sournois désir de réclamer son dû,   N’hésitons plus jamais devant l’annonce heureuse, Cette grande nouvelle inscrite dans le Ciel ! Face à l’inique épreuve osons donc, l’âme preuse[1], Planter la Croix…

Vénération

Sur la sainte montagne où se dresse la Croix,Un homme la vénère avec une âme tendreLe regard vers le loin d'un moment à comprendre ;Il lui dit son désir de compter un en trois.Il s'effondre aux doux pieds de cet homme de souffranceLui délivre sa vie et reçoit son bonheurIl donne son péché pour mieux…

Flammes d’éternité

Vieil homme, usé, vieille peau sans prétention autre que la sagesse, je m’étais enorgueilli et ma jeunesse caressait encore les ombres passées. Je marche dans la pénombre où j’entre et la lumière d’où je sors. Je cours vers mon départ. Les bonheurs sont rares et les pleurs sont nombreux. J’écoute dans ma nuit l’étroitesse de…

Les merveilleuses vues de l’esprit humain – remise au point #RAP1

L’athée, seul spécimen au monde à se réjouir d’être une machine plus intelligente que les hommes, revendique donc là ce que nulle intelligence artificielle n’est parvenu à accomplir. Écoutez-le, ce représentant des sans-Dieu qui se croit opprimé jusque dans les seuls pays où l’on accepte sa présence sans broncher. À l’entendre, Dieu n’existe pas, parce…

La mort de l’Amérique

Vous reçûtes ce bien que l’on nomme richesse, Préférâtes damner votre âme pour l’argent Et, épousant l’ignoble et satanique gent Par un ombreux désir de combler votre altesse,   Vous fîtes cette tour qui s’élevait aux Cieux ; Vous construisîtes là cette fierté des hommes, Cet orgueil diviseur envahi par les sommes D’un métal corrupteur, lâche,…

Un chemin

Le rayon d’un soleil m’attire Comme un embrun de ton pastel – Aube où je me surprends à dire Que j’aime mieux l’air éternel !   Comme un embrun de ton pastel Qui dans les regards vire et vole – Que j’aime mieux l’air éternel Du bigarré d’une Espagnole…   Qui dans les regards vire et vole…

Épître à un franc-maçon

Le sang de nos sillons a pourri sur la plaine. Il boit l’ignoble prix de notre liberté, Engloutit les tourments dont notre terre est pleine En répandant partout ce qu’il a colporté :   Haine, sanglots, misère, cadavres, immondices, Combats, divisions, ténèbres et Terreur. Que de sang délesté sur les noirs interstices Du coupable creuset d’une…

L’incarné

« Je suis Emmanuel, sauveur de mes élus, Ceux qui surent choisir mon nom parmi les autres ; Car la menace est là, Français, de faire vôtres Les cris ou la révolte à jamais superflus !   Parce que ce projet que je défends pour vous, C’est l’amour que je porte à vos étranges âmes ! » Incarnant l’impuissance aux…

Gloutonnerie

Dans l’auguste silence un jour encanaillé, Un esprit revenu de sa folle misère ; Sur le papier de l’encre un air dépenaillé, Le poids d’un sentiment qui clame le rosaire De l’homme impénitent priant son Adversaire ;   L’homme sans volonté se laissera punir. Je ne sais que penser de ce jour formidable Où l’ombre a retenu…

Onction

Car le silence égare et la querelle honore, Tombant dans la nuit des cris de l’univers, D’un absurde sans fond qui pleure et vous dévore, Ne pouvant croire aimer vous dédîtes mes vers.   Si l’amertume est là qui me prend à partie, Je ne suis qu’un pauvre homme épuisé de souffrir ; Je vous hais,…