Car l’ombreux déferla dans le premier jardin,
Perdu, l’homme a caché ce que la faute outrage,
Il souffre ses enfants et suinte son ouvrage,
Et pour ne jamais choir prend pierres et gourdin.

Dès lors, le bruit qui lance un regard de dédain
Révère un diviseur tout écumant de rage ;
Le fourbe du mensonge à l’air de grand courage,
Un poignet transpercé su l’apaiser soudain.

Cymbale que la haine a souvent adulée,
Le vacarme découvre une flamme brûlée,
Comme le chant d’un cor vient chasser ce concert.

Et quand l’ombre a rugi de sa fougue trompette,
Je regarde ce bras effleurer la tempête,
Et viens à percevoir le silence désert.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s