À nos portes, il frappe un cruel ennemi,
Rouge démon venu d’abysses infernales,
Un souffle impur geignant qu’il n’a que trop dormi,
Un long râle élevé de lointaines annales ;

Une plainte… « Va poète, et va vite ! et dis-leur,
Dis-moi de quel métal ma lame fut trempée !
Or, je suis cette faux qui frappe le pécheur,
Car dans la nuit, je viens, flétris mieux que l’épée ! »

Je regarde, de loin, la Mort qui veut ma peau ;
Elle, voit de si près ce corps qu’elle réclame
Et s’accaparera tel un vieil oripeau –
Mais seul Dieu sait l’instant d’où frappera sa lame.

Je crois l’attendre en paix quand mon esprit la fuit,
Je veux la recevoir l’âme tout apprêtée,
L’ardeur des mots pieux s’éteint avec leur bruit
Et contemple la Croix que le Christ a portée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s