Dieu vomit les tièdes

Se laisser inspirer par la grâce des mots, Toucher par la folie humaine, humble et sainte, De ce Dieu tout aimable à la sublime étreinte, Comme si sur la Croix nos douleurs et nos maux Avaient rejoint son Cœur d’une âme délicate ; Comme si cette Hostie et ce Vin consacrés Rejoignaient nos désirs en…

Épître à un franc-maçon

Le sang de nos sillons a pourri sur la plaine. Il boit l’ignoble prix de notre liberté, Engloutit les tourments dont notre terre est pleine En répandant partout ce qu’il a colporté :   Haine, sanglots, misère, cadavres, immondices, Combats, divisions, ténèbres et Terreur. Que de sang délesté sur les noirs interstices Du coupable creuset d’une…

Bon Larron

Tandis que le soldat lui remettait sa chaîne, Prostré, l’homme pleurait sa sentence prochaine ; Il ployait sous le poids de la culpabilité. Planaient sur lui la mort et son iniquité. Le visage défait, l’œil hagard, l’âme vide, Il hurlait sa révolte en la prison fétide. Que lui restait-il à vivre ? Un jour, peut-être deux, Puis…

BONHEUR DU SALUT

Le fin crayon du temps altère mon visage ; L’harmonieux subtil d’un long et lent soupir Efface peu à peu la crainte de mourir, Alors que mon esprit semble devenir sage ; Il semble que mon corps échappe à son passé, Qu’au-delà, quelque part, quelque chose m’appelle. Ce qui reste de force en mon corps-citadelle…

FACE À L’HOMME DEBOUT

Il s’éveille soudain face à l’Homme debout. Il voit comme un Fils d’homme ; en bas, un feu qui bout, Plus haut, le Ciel ouvert, et Saint Pierre à l’entrée. Un frisson de chaleur et sa vie illustrée Tourmentent le regard de l’âme… Quelques mots Sont prononcés par Dieu qui rappellent ses maux. Tout semble…

ESPÉRANCE

Divin Amour, divine providence ; Joie de l’Esprit, et de l’humble évidence D’un Amour vrai, sincère, doux, entier, Tu viens en moi et tu viens, beau sentier, Guidant mes pas au-delà de moi-même ; Tu viens, tu viens, tendre douceur qui m’aime, Tu viens, tu viens, ô seule éternité. Joie du Seigneur qui permet l’unité,…

RÉFLEXION SUR LE REMORDS

Comme un peu de noir qu’on broie dans le vide, Le remords est une lame qui transperce le cœur ; Elle ne fait pas souffrir, elle fait mal ; Elle glace le sang. Cette lame est comme une épée de méchanceté, Un sabre de haine. Cette lame s’enfonce petit à petit dans la chair, Comme…

La trahison de Satan (magyarúl)

Megy az Isten a Mennyországban és mond az Angyaloknak – a mennyi világos katonák, hogy a Mindenható Atya, a Mindenszeretés, kérdesz a nagy Angyalt, a Világtesó: Aki Luciferinek hívják. „Aki Engem nem akart, senkit szeret. Aki Engem akart, Én a Szeretés, senkit sem szeret. O Világtesó, Engem akarsz?”„Mindenható Isten, Neked a nagy Dicsőség! Minden Angyalokat…

LES SAGES ET LES FOUS

La sagesse est vertu – des faibles c’est l’adage ; Mais de le dire a-t-on oublié le courage ? Laissant place aux cris hérissants De Folie, le mal des puissants, C’est notre temps qui crut qu’étaient sagesses Les vains baisers de deux princesses. Voici, pour le prouver, le dit de la nation, Qui fut la prime au…