Réponse au défi #13 de Plumes chrétiennes : Un fenêtre de justice sur le monde.

Trois cents morts par la main des puissants d’Amérique
À gésir sous ses yeux de vaillant Lakota ;
Il pleurait sa colère au goût cadavérique –
Voilà donc le bonheur que leur Dieu enfanta !

Le Blanc n’a point d’honneur si ce n’est militaire‚
Il ne croit qu’au sournois des soupirs‚ des ragots ;
L’Esprit Divin‚ ce Dieu indien‚ ce Grand Mystère‚
Détruira cette engeance et vaincra ses bigots.

Jamais‚ se promit-il‚ leur divinité morte
N’atteindrait de son cœur la porte et le loquet ;
Même‚ puissant guerrier face à cette cohorte
De vieux Blancs sans morale et d’atour freluquet‚

Soldat morne et blessé revêtu de la haine‚
Des artefacts sacrés de la magie, du chant,
Le voilà qui maudit‚ au cœur de cette plaine‚
La nation nouvelle… et pleure en trébuchant.

Triste regard de l’homme insoumis qu’on enferme‚
De la bête blessée à l’air mort et battu ;
L’alcool qui lentement, mène la vie à terme
D’un peuple qui préfère un bison trop têtu

À l’ennui… Le guerrier pas à pas devient femme
Dans la triste réserve où son cœur dépérit‚
Mais Élan Noir‚ non point : de son cœur qui s’enflamme
Il mène le combat d’un orgueilleux esprit.

Les Blancs ont, désormais, semé parmi ses frères
Le poison de la foi en leur Dieu faible et mort ;
Ombrageux‚ Élan Noir invoque les lumières
De la sorcellerie et du mauvais d’un sort.

Un prêtre en robe noire‚ armé de cette Bible
Que notre Indien rejette avec un cœur haineux‚
Expulse le Démon de cette âme irascible !
Mais Élan Noir‚ l’œil torve et fourbe‚ et caverneux‚

Repousse de Jésus l’amour tendre et fidèle.
Un jour‚ pourtant‚ le Christ a fini par gagner
Ce cœur tout endurci par sa fureur mortelle ;
C’était un de ces jours qu’il allait besogner

À guérir un enfant avec l’art chamanique :
Un prêtre en robe noire entre avec cette Croix‚
Scandale à ce païen qui‚ prestement‚ panique
Devant l’ire d’un Dieu révélant sur le bois

Qu’il ne faut pas tarder face au feu satanique‚
Et revenir au Fils comme un enfant contrit.
Radical de la haine et de son cœur inique‚
Il devint plein d’ardeur pour ce puissant Esprit‚

Ce Dieu qu’il rejeta lui fut un guide, un maître ;
Il témoigna du Christ sans cesser de prier
Pour que l’Indien fougueux bénisse avec son être‚
Le Jésus que lui-même aima tant injurier.

La guerre et le passé n’étaient qu’un noir prétexte
À rêver de vengeance et d’un âge perdu ;
Mais au soir de sa vie‚ Élan Noir‚ du beau texte‚
De ce saint Évangile‚ était tout éperdu.

Il avait baptisé quatre cents de ses frères‚
Donné pour Jésus Christ le restant de ses jours ;
Il avait accueilli de ces dons scripturaires
L’entier si généreux du pardon pour toujours.

N.B. : Le personnage de Élan Noir est réel‚ c’est pour cela que j’ai écrit un poème et non une fiction en prose.

8 réflexions sur “Élan Noir

  1. Ping: Élan Noir
  2. Pour en savoir plus sur Elan Noir, vous pouvez vous procurer cet excellent ouvrage des éditions du Rocher pour lesquelles je travaille : Black Elk et la grande vision.

    https://www.editionsdurocher.fr/livre/fiche/black-elk-et-la-grande-vision-9782268100975

    Retrouvez aussi ce très bel article de La Croix, accessible gratuitement :

    https://croire.la-croix.com/Definitions/Fetes-religieuses/Careme/3-minutes-pour-se-convertir/Elan-Noir-un-Sioux-en-route-vers-la-saintete

    J’aime

  3. Un bien beau texte sur Elan Noir et une belle découverte ! Comme d’habitude, la richesse du vocabulaire, la précision de la versification (avec quelques petites touches de modernité en plus), font du texte un réel plaisir à déguster ! Il rentre bien dans le thème et démarre par un sentiment d’injustice criant. Le seul point faible est que dans l’histoire d’Elan Noir, ce n’est pas cette réflexion sur la justice qui entraîne sa conversion, mais le renoncement à un rituel de guérison. Le passage de l’un à l’autre dans le poème nous perd un peu, même si le vers « La guerre et le passé n’étaient qu’un noir prétexte » nous ramène quand même sur le chemin de la justice. Quelle a été réellement l’influence de ce passé sur la conversion d’Elan Noir ?

    Aimé par 1 personne

    1. Elan Noir a toujours affirmé que le prêtre qui lui avait interdit de célébrer ce rite traditionnel de guérison magique avait un pouvoir bien plus grand que lui. Il était donc injuste de continuer à fermer les yeux devant l’amour de Jésus Christ. La justice de Dieu dans la vie de Elan Noir l’a mené à partir de ce moment là à choisir d’annoncer la Parole à tous ses frères qui étaient encore sur le chemin de la perdition et de la rancune.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s