Crache !

Ce mot jamais prononcéqu’on entendsouvent formulésur le bout des lèvrescrasseux crachouillisque l’on comprendà demi aveuglépar ce masquede la sincérité facticeet d’un authentique artificielcracher oui cracherle venin de discours sans courtoisieet cracherle poison du fisc sans philosophiequi te disentcrache et surtout crache bien ! Or vient le jouroù tout ce qui sortirasera salive et invectivesnon peu leur […]

Beuverie

Version originale du poème en bas de la page Dans mon corps le malheur lentement se propage : Gardant sous clé ce pur de mon cœur blême et froid, Il sème aux quatre vents quand la menace croît De mourir englouti par les fruits d’un cépage. Comme un navire sombre avec son équipage, Mes pieds […]

ERRANCE

Comme un bateau sans cap tu vogues impuissant Dans le doute insensé qui dirige ton âme ; Les mers de l’amertume ont envahi ton cœur, Et rien en lui ne peut raviver cette flamme, Cet amour généreux, face au flot mugissant. Comme un bateau sans cap tu vogues impuissant, Dans le doute insensé ton pauvre […]

JOIE D’ÊTRE SAUVÉ

I DÉSESPOIR Comme un vent de tristesse, Un zéphyr de douleurs, Comme une tempête de désespoir, Un ouragan de peines, Le Malheur souffle sur l’esprit du poète ; Comme s’il voulait le briser. Il semble que l’ombre de la bile noire A empoisonné ce sang ; Comme une gelée noire, Une bouillie sans saveur. Bientôt […]

CHEMIN DU PÉCHEUR

I TRISTESSE Triste et mort. C’est ainsi que je le vois, Cet homme. Triste et mort, Comme un être ténébreux, Et hagard. Triste et mort, Morne comme un peu de feu éteint, Brisé comme la tige D’un roseau gelé. Cet homme, C’est un pécheur, Un pécheur Qui ne regrette pas. Il est triste et mort […]

L’OMBRE DU JOUR

L’ombre du jour, tel un éclat nocturne, Lève son voile et embrasse la Mort ; L’ombre du jour, constance taciturne, Brise mon âme avec l’épée du tort. Cette ombre diurne est une mer aride, Un sacrilège aux atours de sacré ; Elle est la main qui me tient par la bride, Et qui remplit mon cœur d’un […]

CHAGRIN D’AMOUR

Si tu savais ! Ta voix manque à mon cœur, Ta douce voix qui chassait ma rancœur, Dis-moi, dis-moi, où l’as-tu donc cachée ? Dis-moi, dis-moi où elle est attachée ! Ô femme aimée, qui ne veux pas de moi, Ni de l’amour que je porte pour toi, Je me sens seul et je peine à comprendre ! Est-ce […]

FIN D’UN HÉDONISTE

Ô passion de l’âge et viriles années Dont l’ingrate vieillesse a flétri la vigueur, Ô violence des ans et des bouches damnées Aux injustes soupirs, à l’inique langueur, Dans mon cœur las de tout vous insufflez la haine, Dans mon cœur las de tout vous déposez ma peine ! Je n’aurai jamais plus de femme à […]