Fête d’anniversaire

Souffler sur le gâteau cette bougie en plus, Signe des ans qui vont et partent de ma vie… J’y vois comme une joie à la beauté ravie De me laisser aimer par ces moments élus,   Bénis par ces vivats, cette note amicale, Ce chant, comme un passage au-delà d’un muret, Du plus loin généreux…

Onction

Car le silence égare et la querelle honore, Tombant dans la nuit des cris de l’univers, D’un absurde sans fond qui pleure et vous dévore, Ne pouvant croire aimer vous dédîtes mes vers.   Si l’amertume est là qui me prend à partie, Je ne suis qu’un pauvre homme épuisé de souffrir ; Je vous hais,…

Abandon

Cygne du merveilleux qui tombe de la nuit, J’écoute votre orage et comprend la révolte, Oiseau blessé d’un chant qui soudain vous poursuit, Humilié par celui qui sème une récolte   Et vante sa conquête au regard de ses pairs ! Il ne parle de vous que pour cette souillure Qu’il s’est permise, là, dans le…

Attente

J’étreins la solitude et rêve le bonheur, Émerveillé, ravi peut-être, et parfois morne ; Dans les bras de ma nuit je porte mon honneur Plus haut qu’un désespoir où mon désir se borne.   Je suis silencieux d’un sonore distrait, Aimant dans sa candeur la joie enguirlandée De la vertu sublime en un cœur bien discret……

Semence

Protégé par Cléo mde Sang répandu versé comme une somme exorbitante qui lave le sol éponge la faute étanche la soif de ces chrétiens que l’on persécute ceux qui témoignent courageux ardents fidèles malgré le danger prêts à tout instant pour notre Seigneur liquide répandu sur la terre pour la vivifier

Quelques vers sur la miséricorde

Protégé par Cléo Je vis de ma tristesse Une ombre de mortel Je sombre dans la mort Je vis de ma tristesse Je joue avec les sens Le quelconque des mots L’inqualifiable Le doute de la nuit Le noir des sentiments Le monde de la nuit Telle est ma destinée Tels sont mes ombreux troubles…

ESPÉRANCE

Dans ce rêve envolé je m'arrime à l'espoir Que, peut-être, le temps vient offrir à ma lyre ; Je le crois tout à fait tant j'aime me relire, Voir dans ces vers le Beau dont ils sont le miroir. Ma joie est de sortir ma plume du tiroir, Humecter le papier de son tendre collyre…

JOIE DE LA PRIÈRE

Priez donc, mes enfants, priez, n’arrêtez pas ! Chantez la joie de Dieu qui sauve du trépas ! Il nous sauve du Mal dans son Amour immense, Par le bois de la Croix il est la délivrance, Lui qui offre la Vie par sa condamnation ; Oui, c’est nous qu’il recrée par son Incarnation !…

SUR LE MAGNIFICAT

Elle a chanté – point de concupiscence – Magnificat ! Grande magnificence ! Prière pure et vierge du péché ! Quand, aujourd’hui, je vois, tout asséché, Le cœur de l’Homme à l’injuste pensée, Je me rappelle ces hymnes élancées, Venant d’un cœur, un cœur sublime et droit, Immaculé. Rare est celui qui croit Sincèrement, plus…

ESPÉRANCE

Divin Amour, divine providence ; Joie de l’Esprit, et de l’humble évidence D’un Amour vrai, sincère, doux, entier, Tu viens en moi et tu viens, beau sentier, Guidant mes pas au-delà de moi-même ; Tu viens, tu viens, tendre douceur qui m’aime, Tu viens, tu viens, ô seule éternité. Joie du Seigneur qui permet l’unité,…

RÉFLEXION SUR LE REMORDS

Comme un peu de noir qu’on broie dans le vide, Le remords est une lame qui transperce le cœur ; Elle ne fait pas souffrir, elle fait mal ; Elle glace le sang. Cette lame est comme une épée de méchanceté, Un sabre de haine. Cette lame s’enfonce petit à petit dans la chair, Comme…

NOËL

Voyez les flots de l’Amour Naître en ce beau jour ! Voyez les flammes de la Vie Grandir, grandir, et ne s’éteindre pas ! Ô Noël, Noël ! Mystère de la perfection, Perfection de l’amour incarné, Don divin dans sa plus humaine vérité ! Tu es la joie d’un doux foyer, Où brûle la douceur…

À MA MAMAN DU CIEL

Ô Marie, Marie, Mère de toutes grâces, Étends sur moi ton manteau d’amour, Prends-moi dans tes bras, Et bénis les désirs de mon cœur. Tu es belle, ô Marie ! Je te prie chaque jour, et je vous aime, Toi et ton Fils. Ô Vase sacré des larmes de l’humanité ; Temple de l’esprit, Temple…

UN JOUR DE PEU

C’est comme un jour de fête, un jour de peu, Les nuages sont chassés, le Soleil brille. Pas de pleurs, pas de cris, simplement de la joie. Pas de préoccupations du monde, ni de peur, Simplement de la joie au quotidien. Un jour de peu, C’est un beau jour ; Un jour de beau temps,…

RÉCIT DE MA CONVERSION

I VINGT-ET-UN ANS Vingt ans. Pour Hélie de Saint-Marc, C’est l’âge de raison, l’âge de la vie, Où on apprend tout. Vingt ans. Pour d’autres, on est invincible. Vingt ans passés, alors en Hongrie, Je perdais mon temps, ma vie. Mes amis hongrois ne suffisaient pas À me détourner de Runeterra et des Invocateurs, Des…

SANS TOI

Sans Toi, Seigneur Jésus, lampe qui me conduit, Que puis-je ? Prisonnier du tapage et du bruit D’un monde insidieux que le Malheur emmure, J’apprécie Ton beau souffle et Ton divin murmure. Sans Toi, Seigneur Jésus, soutien sur mon chemin, Que fais-je ? Retenu par la peur du demain, La peur de cette Mort que le Démon…

AMOUR ET VALEURS

La richesse d’un monde, est-ce donc sa fortune ? Et ainsi son malheur, tout ce qui l’importune ? Nul ne dérange plus que le plus grand Bonheur, Celui d’aimer le Christ, de Lui donner son cœur ! Ô Seigneur, nous t’aimons, mais est-ce assez ? Fébrile Est notre amour pour Toi, avec tout ce qui rutile Et détourne nos…

ELOGE DES MERES

« _Petits enfants, qui courez sur le sable, « Petits amours au cœur bon, doux, aimable, « Petits enfants, disais-je avec grand’ joie, « Petits enfants, venez que je vous voie ! » Ô mère aimante et pleine de tendresse, Qui appelez les fruits d’une caresse ! Ô mère aimante, ô cœur bon et heureux, Vous rassurez l’enfant parfois peureux, Vous guérissez…

POEME A LA MATERNITE

Étrangeté de la vie maternelle ! Douces mamans qui donnez votre amour À vos enfants, qui donnez chaque jour Cette bonté qui paraît éternelle ! Chères mamans qui donnez votre sein À vos enfants, âmes toute données ! Chères mamans, ô femmes étonnées De voir l’enfant offrir ce beau dessin ! Chères mamans, ô mères…

COMBAT CONTRE L’IDOLÂTRIE

Idolâtrie ! Humaine vanité, Qui détruit l’homme et brise l’unité ! Idolâtrie ! Dieu déjà te dépasse, Ô fourberie démoniaque et rapace ! Qui te détruit t’adore et te refait – Vois donc le veau, lecteur, et son effet – ! Un jour d’hiver, un pécheur ordinaire, Vit en ce veau le bonheur mercenaire, (Ce…