Sacrement du mariage

Je prends à la volée un bouquet chaleureux, Ivre de cet instant où je sors de l’église La main dans cette main que je reçus heureux, Tout à l’heure, embrassant cette douce promise.   Je reçois ces vivats qui me courent au cœur Et cette femme qui dit le oui de notre vie, Sans vraiment…

Fête d’anniversaire

Souffler sur le gâteau cette bougie en plus, Signe des ans qui vont et partent de ma vie… J’y vois comme une joie à la beauté ravie De me laisser aimer par ces moments élus,   Bénis par ces vivats, cette note amicale, Ce chant, comme un passage au-delà d’un muret, Du plus loin généreux…

Ardeurs automnales

Il contemple le paysage Qui fait briller l’éclat d’un feu – Mon cœur regarde un doux visage, D’ardeur mon âme fait un vœu !   Qui fait briller l’éclat d’un feu Soufflant sur la fougue d’automne ? D’ardeur mon âme fait un vœu Du bel été qui s’abandonne !   Soufflant sur la fougue d’automne, La bourrasque et…

Radicalisation

L’ardeur du témoignage au cœur missionnaire, Voilà l’exemple à suivre en ce monde perdu ; Tandis que le Démon fait gronder le tonnerre Dans son sournois désir de réclamer son dû,   N’hésitons plus jamais devant l’annonce heureuse, Cette grande nouvelle inscrite dans le Ciel ! Face à l’inique épreuve osons donc, l’âme preuse[1], Planter la Croix…

Ô Liban

Ô Liban ! Yâ Lubnân ! Pays du Cèdre et du Beau, Terre de la grandeur de cette unité vraie, Mais fragile… Nommée à l’aune de l’ivraie : Malheur ! Car au Seigneur, le Puissant, Dieu Très-Haut,   Vous êtes ce pays qui doit rester, contrée Des filles et des fils marchant main dans la main. Pourtant, ô beau…

Un chemin

Le rayon d’un soleil m’attire Comme un embrun de ton pastel – Aube où je me surprends à dire Que j’aime mieux l’air éternel !   Comme un embrun de ton pastel Qui dans les regards vire et vole – Que j’aime mieux l’air éternel Du bigarré d’une Espagnole…   Qui dans les regards vire et vole…

Onction

Car le silence égare et la querelle honore, Tombant dans la nuit des cris de l’univers, D’un absurde sans fond qui pleure et vous dévore, Ne pouvant croire aimer vous dédîtes mes vers.   Si l’amertume est là qui me prend à partie, Je ne suis qu’un pauvre homme épuisé de souffrir ; Je vous hais,…

Examen de conscience

Écoutez le silence avant qu’il ne s’embrase, Car il veut prendre vie au fond de votre cœur ! Je vous vois désirer les soupirs d’une phrase Mais jetez loin de tout cette ignoble liqueur ! Devant vous, l’indicible a parlé de lui-même ; Tout près de là, quelqu’un expose son présent, Élève avec respect cette offrande suprême Pour…

Un regard de Noël

Noël, plus qu’une fête, un regard échangé, Subreptice câlin des yeux de la tendresse, Plus que la joie humaine un amour qui caresse, Un repas simple, une âme heureuse, un plat mangé ; Quel que soit le désir qui point dans chaque tête, Noël, c’est la beauté bien plus qu’une humble fête ! Vois la belle candeur…

Foyer

Qui sent cette flamme apaisante ? Elle crépite du petit bois – L’élan d’un doux foyer m’enchante, Étreinte du feu des émois ! Elle crépite du petit bois, De cette bûche consumée – Étreinte du feu des émois, Dans cette offrande désarmée. De cette bûche consumée Le feu puissant chauffe les lieux – Dans cette offrande désarmée,…

Incompris des mots

Protégé par Cléo Poignante découverte à la froide stupeur, Splendide inachevé d'une calme torpeur ; Je ne sais que penser de cette nuit sublime – Où court ma plume folle au rythme de ma peur – Ni ne croit révéler le moindre de ma rime ; Gorgée de mots, mon cœur se penche, ô dur…

Don total

Protégé par Cléo Je ressens sur mon être un souffle des sommets, La douceur d’une étreinte en ses bras de tendresse ; Elle qui m’a compris, tranquille, me caresse, Ô corps heureux, comblé déjà, don désormais ! J’offre à la noble peau devant moi révélée Le cadeau généreux d’un amour imparfait ; Pour elle, je ne vis ni…

Chant en langues

Protégé par Cléo Il s’élève, prudent, un chant mélodieux, Fulgurante harmonie au cœur de l’assemblée, Une grandeur de l’âme au désir radieux. La foi vient tout remplir de sa grâce comblée, Et devant sa vigueur le silence s’est tu. Un air que chacun chante et que nul ne compose ; Sublime habit de mots dont l’homme…

Veille

Protégé par Cléo Dans le silence, là, semé comme une larme, Je reconnais le cœur d’un tendre sublimé, Murmure de la nuit d’où frémit le vacarme ; Il semble presque vain que ce soir, abîmé, L’homme puisse renaître et l’âme soit grandie. Pourtant, proche est le temps qui les ouvre au bonheur. La flamme surgira de…

Offrande

Protégé par Cléo mde Croix du supplice symbole de mort triomphe indicible victoire de la vie bois du martyre qui porta l’Amour scandale pour le monde Jésus-Christ sauveur de notre humanité porteur du rachat par la puissance d’un sacrifice condamné à mort alors innocent choix divin volonté parfaite d’un Père aimant.

Source

Protégé par Cléo mde S’écoule en torrents dans les ravins de la mort une source de vie l’ombre du silence étendue démesurée car l’Amour est sans mesure tranquille je m’y abreuve dans la quiétude et la douceur divines plus d’angoisses chassés les doutes vaincus les tourments brisés les plans du Mauvais victoire sur la mort.

Semence

Protégé par Cléo mde Sang répandu versé comme une somme exorbitante qui lave le sol éponge la faute étanche la soif de ces chrétiens que l’on persécute ceux qui témoignent courageux ardents fidèles malgré le danger prêts à tout instant pour notre Seigneur liquide répandu sur la terre pour la vivifier

Éruption

Protégé par Cléo Le bruit se déchaînedans les passions brumeusesquand règne un au-delàqui dans le silenceveut visiter ton cœurcomme un volcan ardentun brasier incandescentil fait sourdre le feud’un amour parfaitun cœur amoureuxtranspercé par les mauxblessé par l’humaine fautequi l’enserra d’épinesde ce cœur souffrantle sang se répandqui apaisel’eau s’épandqui calmeet qui abreuve.

Y croire

Protégé par Cléo Croyez-vous que je sois ce triste sireÀ la pauvre vertuQui chante aux alentoursDu temps qui passeQuelque chanson perdue ? Vous le croyezPeut-êtreDans vos foyersSous la chaleurD’un feu de cheminée Me croirez-vousQuand je vous disQue j’y peux rienSi j’ai tout perdu ? Vous ne croyez pasQu’un pauvre gars sans toitIl veut pas faire la mancheVous…

Repos

Protégé par Cléo Dans l’église, ce soir, la nuit semble oppressante, Par mon triste péché je me sens faible et dur, Porter le sombre teint propre à cet être impur Révèle à tout mon corps sa plainte gémissante. La demeure de Dieu, humble et resplendissante Accueille le fardeau de mon esprit peu sûr ; Laissant…