Incompris des mots


Protection cléo

Protégé par Cléo

Poignante découverte à la froide stupeur,

Splendide inachevé d’une calme torpeur ;

Je ne sais que penser de cette nuit sublime –

Où court ma plume folle au rythme de ma peur –

Ni ne croit révéler le moindre de ma rime ;

Gorgée de mots, mon cœur se penche, ô dur labeur !

Le poète se dit, se débat, puis s’exprime !

Acharné, sur la feuille un être rassuré,

Qui prie les coups mortels d’un esprit torturé !

Il est point d’existence à la douce folie

Hors celle des fourbus, des brisés… Assuré

Que le cœur le protège au milieu de la lie,

D’une vie absolue au prudent mesuré,

Car rien n’est plus frappant que la mort qui le lie !

Il est dans la rimaille en triste parvenu,

Que l’écrivaillon dit dans un trouble charnu,

Surfait de la douceur, fausseté du silence !

Le poète, l’écrivain, sentent que, retenu,

Le stylo viens donner cette ignoble prestance,

Tandis que libre, il touche au souffle, au soutenu.

Ô poète ! écrit donc, comble ton beau dessin

De sonner le bourdon d’un généreux essaim !

Invente une matière à ton âme brisée,

Sens le rythme du temps battre au secret du sein,

Car ta blessure sombre est comme tamisée

D’une lumière noire à l’éclairant dessin,

Un silence amoureux à la joie irisée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s