« OUI, VOUS ÊTES M’ENFANT ! »


(À Mike Ciccone)

« _Oui, vous êtes m’enfant, c’est fort que je vous aime !

Oui, nous n’allons jamais croire au contraire, quand même !

Vous êtes différent ? Je vous aime pourtant !

Pourquoi ne vous aimer ? vous êtes important

À mes yeux, à ma femme, à  tous vos sœurs et frères !

Pourquoi pleurer, enfant chéri ? Que ces colères ?

Vous serez bienvenu en ces lieux à jamais !

J’en prends Dieu pour témoin : que vous n’en pouviez mais,

Que vous soyez heureux, cette maison est vôtre,

Ce foyer est chez vous. N’en croyez jamais d’autres

Comme cet homme impie qui m’a injurié

Sur la Toile invisible ! Ils n’ont jamais prié.

Oh ! cet homme qui hais le foyer catholique ;

Ce foyer généreux lui donne la colique !

Non, mon fils, vous m’aimez ! Vivez en liberté,

Vous saurez m’épargner la marche de fierté

(L’Anglais l’a mieux nommée, cette parodie : marche

De l’orgueil) ! Et que Dieu vous prenne sous son arche ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s