ELOGE DES MERES

« _Petits enfants, qui courez sur le sable, « Petits amours au cœur bon, doux, aimable, « Petits enfants, disais-je avec grand’ joie, « Petits enfants, venez que je vous voie ! » Ô mère aimante et pleine de tendresse, Qui appelez les fruits d’une caresse ! Ô mère aimante, ô cœur bon et heureux, Vous rassurez l’enfant parfois peureux, Vous guérissez…

« OUI, VOUS ÊTES M’ENFANT ! »

(À Mike Ciccone) « _Oui, vous êtes m’enfant, c’est fort que je vous aime ! Oui, nous n’allons jamais croire au contraire, quand même ! Vous êtes différent ? Je vous aime pourtant ! Pourquoi ne vous aimer ? vous êtes important À mes yeux, à ma femme, à  tous vos sœurs et frères ! Pourquoi pleurer, enfant chéri ? Que ces colères ?…