Reconversion


Je n’entends plus la nuit parler du jour qui va.
J’ai comme démoli le feu noir de ma haine,
Brisé le déshonneur d’un air qui raviva
Cet immoral brasier du fond de la géhenne.
 
Je crois le bruyant pur de cet ignoble auteur,
Mon souffle exhale une ombre à l’haleine fétide ;
Mon âme me dit bas d’aller vers la hauteur
D’un esprit fin des mots qui disent sans acide,
 
De la phrase éloquente armé de charité.
J’ai perdu la douceur à l’âme généreuse,
Garde la verve tourbe et l’air trop irrité,
Je m’emporte souvent devant l’ère lépreuse
 
Sans vraiment aviver l’esprit de mon corps droit ;
Plutôt que dénoncer les méfaits d’une époque,
Je veux donner la vie à ce qui devient froid,
Rendre le chaleureux d’un ancien baroque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s