LES ENFERS


Comme une agonie qui dure et qui ne meure pas,
Un semblant de vie qui s’essouffle,
S’estompe,
L’Enfer est ce monde,
Ce monde sans loi,
Mort d’avoir trop la foi.
Un peu de mort dans un monde de morts,
Pour soulager les souffrances
Infinies.
Tout en bas, on retrouve
Le porteur de misères
Autrefois porteur de Lumière.
Partout, la mort.
Partout, la haine.
Le mal,
Le mal qui se hait et se meurt
À petit feu.
Ces enfers sont le monde inique
De la fin de tout,
Sauf du temps.
Ce temps qui dure désormais si longtemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s