UNE ABEILLE SOUS L’ORAGE


L’Abeille butinait dans la campagne verte,

Volant de fleur en fleur comme on court à sa perte,

Puis fit un dernier vol qui semblait anodin,

Sans sentir que poignait un ennemi soudain.

 

Oui, ce mal ennemi, c’était le sombre Orage,

Cette mort assurée dans une brusque rage !

La nuée s’avançait et ne s’arrêtait pas,

Et de chaque bestiole assurait le trépas.

 

Butinant bêtement les merveilles fleuries,

L’Abeille ne se fiait qu’à ses étourderies,

Alors que le Tonnerre au près grondait si fort !

Quand la Pluie s’abattit, l’animal était mort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s