GRANDE ARMÉE


Dernière folie d’un homme misérable,

Dernière lubie d’un tyran déplorable,

Qui crut qu’assez bien nul jamais ne l’estimât,[1]

La Grande Armée tomba sous les coups du climat,

Sous les assauts neigeux que seul le Temps supporte,

C’est dans le froid, le froid du lointain qu’elle est morte.

Les soldats impérieux étaient agonisants ;

En deux mois s’effondrait l’ouvrage de dix ans.

Armée de son climat et des sabres cosaques,

La Russie l’achevait de sanglantes attaques.

[1] Licence poétique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s