Que mon cœur parle, et sombre, et croule dans la nuit,
Je ne touche qu’au fiel d’une tristesse insigne ;
Je ne touche le ciel du plus troublant bruit

Que par le doigté d’un dieu qui montre un mauvais signe.
Mon cœur saigne. Il est mort, être trouble, imparfait,
Qui se vide à jamais de son écume indigne ;

Comme si dans les Cieux le Christ insatisfait
Le conduisait au feu d’une pure tendresse,
Mon cœur s’est endormi d’un sommeil sans effet.

Je rêve du soudain d’une douce caresse,
Du futile et du rien de quelque chatoyant,
Mais le Christ désirait plus que la nuit traîtresse

Ou l’éphémère mort d’un humain larmoyant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s