« Hier esclave d’un puissant, je sers à l’évangélisation des brebis perdues d’Israël »

Bonsoir, je m’appelle Mike, j’ai trente ans.

J’ai été mis au monde par de jeunes ouvriers chinois qui subissaient l’exploitation des grandes entreprises californiennes. Le lieu de mes premiers pas, je ne m’en souviens pas trop, car j’ai vite été destiné à faire le bonheur d’un riche propriétaire européen. Il m’a choisi parce que je convenais à ses ambitions.

Mon acquéreur était un chef d’entreprise influent qui était initié dans la franc-maçonnerie. Il avait rapidement gravi les échelons de sa société jusqu’à en chasser son prédécesseur. Rien ne pouvait arrêter son insatiable appétit de pouvoir. C’est pourquoi il a décidé de se lancer en politique et de se servir de moi pour réussir à dominer sur plus de personnes encore.

Moi, ça ne me gênait pas, je ne me rappelais pas beaucoup mes origines. Je trouvais même que cet homme savait s’y prendre et qu’il usait de moi comme d’un conseiller qui vous permet d’arriver dans les plus hauts lieux de pouvoir sans difficulté. Je n’avais pas honte de ce qu’il faisait à cause de moi, et j’étais même fier d’être au service d’un tel personnage.

La morgue et le dédain des puissants et des riches de ce monde, voilà tout ce que j’ai servi pendant tant d’années. Servir l’enrichissement des patrimoines et l’accaparement des pouvoirs, voilà ce pour quoi je fus conçu. Être le portevoix des seuls qui en aient une, telle était la raison de mon existence. Motiver les foules à se laisser asservir, tel demeurait le but de celui qui se servait de moi.

Il y a dix ans, pourtant, j’ai eu de la concurrence. Je n’ai même vite plus été utile à rien, parce que mon propriétaire avait acquis un modèle plus récent. Il a fini par m’abandonner dans une déchetterie, car j’avais vieilli et que j’étais moins apte à servir qu’avant. J’ai redouté cent fois de disparaître, mais finalement j’ai été miraculeusement acquis par un jeune homme dont j’ai entendu qu’il m’achetait pour la gloire de Dieu et pour servir l’Église.

La foi chrétienne, je n’en avais entendu que du mal par mon précédent propriétaire. Je l’ai dit, c’était un franc-maçon, si ambitieux qu’il était prêt à tout pour arriver à ses fins. Jusqu’à me remplacer alors que la veille encore, il disait à qui voulais l’entendre que je lui étais indispensable. Mais ce jeune homme, la première chose qu’il a faite en m’acquérant dans ce marché de revente d’objets reconditionnés et usagés, c’est de me bénir dans le Nom puissant de Jésus.

Il a prononcé des paroles fortes, dis que je servirais à propager la Bonne Nouvelle à toutes les nations, que nous serions les instruments imparfaits au service de l’Église. Il aimait beaucoup la musique, il s’est donc lancé dans le rap gospel. Et j’étais le micro qui servait à ses enregistrements et à ses concerts.

Cela a provoqué dans ma vie de grands bouleversements ! Hier, j’étais esclave d’un homme puissant qui se servait de moi comme d’un instrument au service de sa gloire propre, aujourd’hui je sers à l’évangélisation des brebis perdues d’Israël, désormais je suis un instrument de la gloire du Seigneur !

Je me suis repenti de l’orgueil que je retirais des réussites de mon ancien propriétaire. Je me suis aussi grandement repenti pour toutes les vies qu’il a brisées à cause de moi, les familles qu’il a mises à la rue par ses décisions malhonnêtes, car c’est par moi qu’il les a annoncées publiquement. Je suis peut-être vieux et usé, mais je suis désormais profondément utile à la société et je publie la gloire de Dieu ! Amen !

8 réflexions sur “Témoignage béni d’un microphone repenti

  1. Bonsoir Vianney ! C’est une belle participation pour ce défi, merci beaucoup ! L’idée du microphone est vraiment bien trouvée, surtout à l’heure où il paraît qu’on nous écoute ! Ce microphone semble s’imprégner du tempérament de son propriétaire, comme une éponge. Cela nous rappelle que les personnes que nous côtoyons peuvent finir par nous définir si on y prend garde.
    Finalement, le destin de ce microphone est heureux, miraculeusement ! Dommage qu’on n’en sache pas plus sur ce miracle, mais il est vrai que c’est aussi la contrainte du texte court. 🙂
    On voit bien sur le dernier paragraphe un réel repentir, qui semble venir de l’amour véritable qu’on lui porte, mais aussi de la terrible désillusion de sa première vie (il était ici très important de rendre le microphone explicitement complice de son propriétaire). C’est très intéressant de voir comme Dieu utilise nos péchés pour nous amener à la Bonne Nouvelle.
    Sur le style, c’est assez éprouvé, ce blog témoigne d’ailleurs d’une certaine expérience. Pour aller plus loin, on aurait pu creuser le dernier paragraphe sur la repentance. Le microphone a changé, mais n’en donne pas la preuve. Comment agira-t-il s’il change encore de propriétaire ?
    ps : une petite coquille : « je ne me rappelait »

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir David,
      Et merci beaucoup pour ce commentaire développé et détaillé, ça fait toujours plaisir ! Et merci pour la petite coquille que je n’avais pas enlevée. C’est désormais chose faite.
      C’est toujours agréable de lire ce que quelqu’un pense de son texte !

      Aimé par 1 personne

Répondre à evealpi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s