La révolte qui gronde et que l’on n’entend plus –
Oubliés, les sans-dents ! perdus, les gilets jaunes ! –,
Ce feu qui couve au près mais regardé sous l’aune
De la braise volant tels ces temps révolus,

Le brasier qu’on étouffe avec cette vaccine,
Il se réveillera comme un puissant volcan ;
Bientôt l’homme entendra son terrible boucan,
Son vacarme, son souffle et son cri qui dessine

Un demain plus certain que les plans malheureux
De ces fous, ces robots, de cette mécanique !
Le temps viendra bientôt ou cette satanique,
L’ignoble Marianne à l’air cadavéreux,

Ce temps approche enfin où tombera la gueuse,
Celle du régicide et de l’assassinat,
Celle de l’Assemblée et non d’un grand Sénat,
Celle d’un non-baptême à l’ardeur belliqueuse,

Ce temps est déjà là mais qui la voit en grand.
La guerre a commencé pour la fausse laïque,
Bientôt le Roi viendra porter sur cette République
Le coup fatal et pur d’un sabre conquérant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s