RÉCIT D’UNE CONVERSION


Dans le feu froid de ta vie misérable,

Comme un caillou au fond d’un brun cartable,

Tu veux mener Dieu au gré de tes pas.

À l’horizon c’est l’infernal trépas

Auquel tu cours, Dieu planqué dans ta poche,

Et cependant, dans un sombre reproche,

Tu agonis d’injures un passant,

Qui porte un tronc tout en te bénissant !

« _Sombre calvaire ! » as-tu pensé en larmes,

Pleurant la vie. Sans déposer les armes.

La douce pente attire ton regard,

Tu la descends et tu deviens hagard.

Ton noir esprit est tendu, en colère.

Allons, allons, n’as-tu point fait la guerre ?

Au loin, les cris sont oppressants et froids.

Te retournant, tu distingues trois croix.

Tu crois tomber. Un souffle, un vent terrible

Crève l’abcès de ton cœur irascible,

Et maintenant tu fuis les vieux remparts

De cette ville emplie de vils cafards.

Tu cours vers là, vers ces croix de la haine,

Où quelqu’un meurt pour vaincre la Géhenne.

Où quelqu’un t’aime et souffre la Passion

Pour te sauver de la damnation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s