CONTRE LA SORCELLERIE MÉCANIQUE


Dans ce monde furieux duquel je ne suis pas

(Je suis chrétien), ce monde épris de son trépas,

Digne, un jour, je mourrai ! Quoique Gogol en dise,

Et fusse tout cela pour mon bien, seul le Bien

Triomphera ! Ce Bien, que rien ne vainc, ne brise,

C’est le Seigneur Jésus que nous délie du Rien.

Car pas même une Croix n’y suffit. Elle chante,

Sournoise, Insidieuse, et Lâche, et Ignorante,

Courbée, Ombrée, Nimbée, cette vallée du mal,

Et croit que son destin, sa male destinée,

Est de substituer au Bois un précieux métal,

Et de vaincre Jésus ; alors qu’elle est ruinée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s