DÉSUNION


Désenchantement,

Dans l’ombre froide de tes mains, je dépose le linceul de l’amour.

Désenchantement,

Sur ma bouche, tu poses la haine comme un baiser mortel.

Désamour ! Désamour ! Tu meurs aussi vite qu’un souffle !

Désamour ! Désamour ! Tu achèves tant d’hommes par ta faiblesse !

Désenchantement,

Sous ta peau vieillie, racornie, mal vernie, je me soumets à tes envies.

Désenchantement,

Je meurs dans tes bras.

Et moi, qui rêve de gloire et d’honneur, ne suis-je pas cet homme, ou cette femme, qui doute de la force, de la justice, de la prudence, et surtout du calme tranquille de la maîtrise de soi ?

J’aime comme on hait ! J’aime, mais je n’aime que moi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s