ÉLOGE DE LA POÉSIE


Ô douce ardeur des vers, raz-de-marée lyriques,

Dieu seul peut vous passer, Lui seul fait vos suppliques !

Ô puissance des mots, force des désarmés,

Dieu seul peut vous mener, Lui qui les a formés !

Poésie, mon amie, ma tendre amie, fidèle,

Art qui m’a façonné, tu fus l’humble chandelle

Qui éclaira mon cœur au milieu des saisons ;

Poésie, tu es lampe au cœur de nos maisons ;

Tu es le doux flambeau des amours innocentes,

Autant que le foyer des passions dévorantes ;

Tu es feu, brasier, phare de nos désirs !

Autant transpiration qu’un de nos doux loisirs,

Peu auront su dompter les vers, tes subtils reîtres,

Moins auront eu l’honneur d’être parmi tes maîtres !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s