CONQUÊTE DES ALPES


Robustesse des ans aux antiques vallées !

Alpes dont rien n’abat la fermeté des flancs !

Sur tes brillants glaciers – sur ces assassins blancs –

L’Homme combat la Mort avec ses mains gelées.

Prends garde ! ô imprudent, prends garde à ses élans,

Des âmes qu’en ces lieux la Mort eut avalées,

Ait crainte ! Car le froid qui les a empalées

Les dirige envers toi comme mil venins lents !

Le vaincras-tu, ce mont, auguste parmi ses frères ?

Ou bien tomberas-tu comme ces téméraires ?

Homme, combien la peine en a-t-elle emportés ?

Homme ! tu l’as vaincue, la montagne cruelle,

Ce sommet qui sembla comme mille fertés

Ne sera plus jamais tombe perpétuelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s