Cet été que je ferais mieux d’oublier

Paray-le-Monial, juillet-août 2017 Comprendre l’implacable, admettre l’impensé, Vivre l’hypocrisie et son fielleux mensonge, Sentir sur ses cheveux comme un air insensé De haine indestructible à jamais qui les ronge.   Obscur cœur de charlotte à l’atour aguicheur, Violent doucereux qui blesse l’entourage, Je sens un tremblement de venin chez ma sœur, Et je ne revois…

Ce mois où j’ai comblé un vide

Son nom résonne à mes oreilles. Elle me remplit le crâne de ses salades. Me bourre l’œuf de son fiel. Je ne sais plus où j’en suis, ni ce que j’ai fait cet été à Paray. Tout ce que je sais, c’est que j’y suis arrivé, gonflé d’assurance, d’aplomb, d’orgueil, convaincu que je ne tomberai…

DÉSUNION

Désenchantement, Dans l’ombre froide de tes mains, je dépose le linceul de l’amour. Désenchantement, Sur ma bouche, tu poses la haine comme un baiser mortel. Désamour ! Désamour ! Tu meurs aussi vite qu’un souffle ! Désamour ! Désamour ! Tu achèves tant d’hommes par ta faiblesse ! Désenchantement, Sous ta peau vieillie, racornie, mal vernie, je me soumets à tes…