QUAND MÊME LA VOIE LACTÉE DISPARAÎT


Plus d’étoile la nuit, hélas ! Astres lointains !

Que ne pouvez-vous plus briller ? Qui vous retînt

Pour vous cacher aux yeux terriens ? _ Ô malheureuse !

C’est ta Lune adorée qui devient vénéneuse,

Empoisonnée, mortelle. Hélas ! tout t’est caché

Par cet astre noirci qui t’est trop attaché.

Oui, Terre, nous étions ton dernier recours,

Mais notre Voie Lactée n’est plus d’aucun secours ;

La mort est séparée, par la Nuit, de l’espoir.

Ce matin était clair, mais tu ne peux le voir.

Planète bleue, tu lui disais encor bonjour,

Tu disparais aux yeux du grand astre du jour.

Toi, argile d’Adam, cherche le réconfort

Du lait d’Héra, mais point de jour, car, Ange mort,

La Nuit construit son mur, son fort, sa forteresse,

Sa morne citadelle. Hélas ! la Nuit traîtresse

Cache notre Lumière et emplit l’air de peste,

Te séparant de la nourriture céleste. »

Parce qu’elle emmurait la planète vivante,

La Nuit édifiait le mur de l’épouvante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s