SOUS LE FEU DE LA PLUIE


Sous le feu de la pluie, dans le caniveau sombre

Qui longeait ma maison, je vis couler une ombre

Ecrasée trop longtemps par le poids du malheur.

Je vis près de ce corps rongé par la liqueur

Une bouteille en vain jetée dans l’eau putride,

Un vieux chien affamé, une besace vide.

Sous le feu de la pluie, je sentis ce regard

Qui cherchait vainement la douceur d’un égard.

Ce regard mort de froid, de faim et de misère…

Je ne pouvais bouger, mais que pouvais-je faire ?

A la lente agonie j’assistais impuissant,

Apeuré à l’idée qu’un jour, tout frémissant…

Sous le feu de la pluie, sous ce froid saisissant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s