AU FOND DE MON CHAGRIN JE SUIS LA PAUVRE VEUVE


Ah ! vieux cœur contrit par une âme trop pleine !

Ah ! vieux doigts tremblants de trop filer la laine !

Ma pauvre main se force à tirer le vieux fil.

Ah ! vieux os brisés qui datent de l’an mil !

Ah ! vieille peau fripée qui ne sera plus neuve !

Au fond de mon chagrin je suis la pauvre veuve

Qui dans le froid d’hiver tricote son malheur ;

Sur mon morne visage on peut toucher le pleur

De la femme endeuillée qui supporte la vie,

Sans même un faible espoir, sans désir, sans envie.

La mort est un poison qui ne veut pas venir.

Mon fil, mon lâche fil se laisse dépérir

Entre mes faibles doigts gâtés par la vieillesse.

Dans un miroir fêlé tout au bout de la pièce,

Mon image. Elle est morte, et moi je vis encor.

Souviens-toi, cher lecteur, du fier éclat de l’or,

Souviens-toi jusqu’au bout de sa belle dorure ;

Je voudrais tant connaître une claire parure.

Hélas ! mon fil me semble être un sombre tueur

Que des ciseaux mortels ont coupé ; sa lueur

Paraît le noir reflet de l’œil vide des Parques.

Je sens que de l’Enfer elles portent leurs marques

Contre les survivants, d’un bref coup de ciseaux ;

Et si par leurs doigts secs comme de durs roseaux

Qui tombent au hasard, le fil qui me fait vivre…

Pourquoi de mon malheur ne suis-je jamais ivre

Pour pouvoir oublier, oublier que je vis,

Effacer de mon cœur les tourments et leurs ris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s