Je n’oublierai jamais l’ombre de leurs visages‚
 Leurs mots carnassiers sans la moindre merci
 Giflant‚ giflant encore un peu de mes airs sages
 D’opprobres et jurons lancés sur mon souci.
  
 J’étais ce garçon fier qui recherchait la joie.
 Je doute qu’il le sût‚ l’écolier suffisant‚
 À préférer l’insulte et le regard qui broie‚
 La moquerie inepte et cet air suffisant…
  
 Seul. Je me trouvais seul et je le fus sans cesse
 Dans ces cours de récré qui m’ont fait pauvre et rien.
 Mais je suis désormais l’homme heureux que caresse
 Le mot charmant d’un Dieu qui proclame le Bien.
  
 Ce jour où je guéris de ce coin de ma tête‚
 De la mémoire triste où se complaît la mort‚
 Je décidai d’aimer cette foire de bête‚
 Où j’étais prononcé comme le mauvais sort.
  
 Je n’ai pas oublié ces enfants de l’école
 Qui préféraient moquer le garçon dérangeant
 Qu’arranger le mauvais du bulletin qui colle ;
 J’aime – c’est vérité – cette odieuse gent‚
  
 Qui prétendit parfois que je ne valais mie ;
 Car quand les yeux me voient dire tout ce passé‚
 Je viens donner la main tendue‚ heureuse‚ amie‚
 Bénissant de tout cœur qui m’a voulu cassé. 

2 réflexions sur “Mon témoignage

Répondre à BeL13ver Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s