Lettre d’un pauvre pécheur au Très Saint Père


 Dans le tumulte noir d’une âpre volonté,
Quand le pécheur désire avant tout cette grâce
De choisir Jésus Christ tel qu’il s’est raconté,
De le suivre déjà sur ce chemin qu’il trace,
 La voie est sûre, elle est parfaite, et dure aussi ;
Comme pécheur je crois que j’ai choisi de suivre
Notre Seigneur Jésus sur ce beau chemin-ci.
Je préfère au péché qui m’empêche de vivre
 La Croix de ce salut promis par le Sauveur,
Car il n’est rien plus grand que cette humble puissance
D’un bois divin, sacré, que toujours la ferveur,
Foi des chrétiens au cœur de l’Église en souffrance,
 Sut honorer des mots de ce peuple à genoux.
Je vous aime vraiment, comme beaucoup, Saint Père,
Vous êtes ce bon guide élu guide pour nous,
Ce beau peuple de Dieu qui, sans son pasteur, erre ;
 Je vous serai fidèle, attaché pour toujours ;
Mon cœur est tout à Dieu par les mots de l’Église.
Je ne suis point de ceux qui font les faux vautours,
Les oiseaux du malheur souffletant sur la crise.
 Et je suis attaché, Saint Père, au célibat,
À cette probité, vertu presbytérale ;
Au nom de tant de gens qui montent au combat,
Perdus par ce vieux jeu de fausse pastorale,
 Je demande en ce jour que vous taisiez les cris
Qui font de la vertu un sot passé. Qu’importe
Que le monde désigne avec des mots aigris
Cette vertu du prêtre et la réclame morte !
 Vous devez, Très Saint Père, au nom des deux mille ans
De l’histoire chrétienne arrêter cette scène ;
Du Malin Tentateur ne signez pas les plans.
Je vous en prie, ô Père, avec une main saine,
 Refusez de vouer cet humble célibat
Au papier que l’on jette au-dedans des corbeilles !
J’ai le dur sentiment que ce verbeux débat
Des viri probati réjouit d’autres oreilles
 Que celle des élus choisis par le Seigneur.
Très Saint Père, pitié pour la très sainte Église ;
Refusez-la mondaine et guidez avec cœur
La barque de Jésus qu’une infâme traîtrise
 Tente de démolir et couler. S’il vous plaît.
Entendez les chrétiens qui pleurent à l’avance,
Saint Père, ce trésor au sublime reflet,
Qu’à la vertu du Christ ne soit point fait offense !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s