Jeux de dupés


Trouble jeu du hasard et d’un ombreux mensonge,
L’opaque de l’argent vous envoûte d’un songe ;
Vraiment, je ne crois pas de ce fétiche sort
Qu’il soit plus attesté qu’une joyeuse mort ;

À donner dans l’amer de la tourbe vénale,
Le tourbillon des sens rêve en diagonale,
Et vide… Cette soif de gagner toujours plus
Vient combler quelque manque et fait nombre d’exclus :

L’alcool prend le bonheur sans lui laisser de chance ;
Il brise son gaillard d’une étrange vengeance.
(Qui joue au fortuné subit l’aigre du vin,
Car jouer, c’est subir ce liquoreux du vain.).

Le rêve est irréel. À l’oublier trop vite,
L’homme des casinos demeure le lévite
Des sous mal décomptés qui les prie avec foi,
Et s’adresse à son jeu pour en changer la loi :

Il aime à s’exclamer que ruine est finie,
Qu’un coup le défera de son ignominie,
Mais le hasard détruit la comète et son plan,
Qui maquille sa mort, parfois, d’un beau brelan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s