ÉPÎTRE AU MAIRE D’ANGERS


Vous étiez ce jeune homme au cœur plein de bonté,

À l’âme emplie d’amour, de bonne volonté !

Seriez-vous devenu cet homme des tribunes,

Dont un canard cancane à l’envi dans ses unes ?

Je n’oserais le croire !

Vous étiez ces regards qu’on voyait attendris

Quand je fuyais la main de l’homme de Paris !

Seriez-vous désormais cette tête masquée

De cette rhétorique à la force brusquée ?

Je n’oserais le croire !

Vous étiez l’éclaireur en qui l’on vit grandir

Cette heureuse ambition de préférer servir !

Seriez-vous aujourd’hui l’âme calculatrice

Parlant mieux de projets que d’envie salvatrice ?

Je n’oserais le croire !

Vous étiez, je l’oublie, ce chrétien droit, constant,

Élevé dans la foi d’un Dieu jamais distant,

Seriez-vous maintenant cette foi batracienne,

Vivotant dans sa messe en coassant l’antienne ?

Je n’oserais le croire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s