Il est un héroïsme aujourd’hui décrié,
 Ce courage de fous qui veulent d’une vie
 Que condamne déjà l’ombre d’un avarié ;
 Ce jeune enfant porté d’une femme ravie
  
 Est devenu le poids d’un couple impréparé.
 L’injustice est criante et la fin est cruelle
 Pour ces instants d’amour au goût de chamarré ;
 Il lui disait tantôt qu’il ne voulait plus qu’elle,
  
 Il se débine enfin et lui laisse le choix :
 Cet enfant qu’elle porte ou son cœur pas si tendre.
 Elle choisit la vie et la porte… La loi,
 Cependant, d’un progrès que l’on aime trop vendre,
  
 La loi, dis-je, lui vend le bonheur incarné
 Par un peu de potasse et beaucoup de souffrance ;
 Elle choisit la vie en son cœur acharné,
 Pour prendre dans ses bras son bébé d’espérance.
  
 Pour cette belle femme au généreux désir,
 Combien tromperez-vous face au choix de la vie,
 Indigne avortement d’une enfance à rosir,
 Condamnation à mort d’une innocente envie. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s