FUNERAILLES


La plainte s’élevait du sinistre tombeau,
En un concert funèbre et beau,
Et dans le cimetière empli d’âmes en peine,
Il semblait bien que la Géhenne
Avait pris le défunt de ses feux noirs et morts ;
Tous en semblaient pris de remords.
La plainte s’élevait vers les Hauteurs glorieuses,
De pleurs aux grâces douloureuses :
La foule gémissait, implorant de ses pleurs
La fin de ses injustes douleurs ;
Le prêtre bénissait cette humble sépulture,
Sombre rappel de la Nature.
Le désespoir, ce mal insidieux et secret,
Violent et pourtant discret,
Le désespoir frappa de sa pluie vengeresse,
Le cœur de l’âme pécheresse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s