LE REPOS DE L’ENCRIER


UNE LONGUE PAGE D’ENNUI

 

Sur son cahier noirci par sa plume inutile,

Le cancre, courageux parfois, lassé souvent,

Rêve d’être oublié au milieu de son île

Désertée par le cours, tranquille dans le vent.

 

Oubliés le tableau, la craie ; tout n’est qu’idylle ;

Il s’étend sur la plage, et l’horizon devant

Laisse le vacancier à son esprit futile ;

L’océan attendri le berce de son chant.

 

Rien ne vient déranger ce bercement de l’onde,

Et dans l’atoll paisible où il est seul au monde,

L’élève est endormi, confiant, heureux, béat.

 

Mais des vagues soudain se lèvent, affolées :

Un ouragan tout près ! l’île s’est envolée !

Et disparaît au loin dans des éclats de voix !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s