CE DONT ON PARLE EN QUATRIÈME


Il me semblait déjà, quand j’arrivais à table,
Que l’angoisse retînt ce cœur qui tremblotait ;
De sexe et de porno déjà on ergotait.
Il semblait que m’épiât un jury redoutable.

Je sentis que le match était inéquitable
Entre l’ado pubère et l’enfant qu’on m’ôtait ;
Je compris ce soir-là, tandis qu’on argotait,
Quand dans ce pensionnat c’était inévitable.

Ils parlaient, reparlaient de ça soir et matin,
L’amour semblait pour eux se faire une catin ;
Moi, je désespérais de perdre l’innocence.

Derval à tout jamais m’aura bouleversé :
Alors que l’on parlait avec tant d’indécence,
Je me pris à ce jeu, dès lors en conversai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s