PENSEES D’UN ASPIE


Asperger. À l’oreille incongrue du typique,
Cet Homme à la coutume à mon cœur utopique,
Ce mot résonne. Froid, glacial, et terrifiant,
Je l’étais, je le suis encore. Pétrifiant,
Pétrifié, je le reste ! Ô belle maladie,
Qui me donna la langue et l’humble prosodie,
Tu ne peux rien sur moi, pas même la douleur ;
Au typique tu es un rire pour un pleur,
Au typique tu es un pleur pour un sourire !
Qui ne te connaît pas ne connaît pas cette ire
De l’Aspie mortifié de n’avoir point compris
Tel jeu de mots, ou phrase étrange ! Jeux chéris :
Tournoyer, répéter, errer ! Poème étrange,
Mais n’est-ce pas cela que je fais : je dérange ?
Ne te souviens-tu pas que Bon-Papa mourût,
Que je souris alors. Alors il m’apparut,
Moi, Vianney Roche-Bruyn, tendrement exotique,
Que je ne saurai pas la vie neurotypique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s