LES BAVARDS


Parler et ne rien dire, un crime de ce temps :

Voici qu’un jour, deux jeunes camarades,

Que, du reste, animaient ces désirs de vingt ans,

L’âge qui permet tout, s’échangeaient des tirades.

Ils parlaient avec appétit,

Sortaient des phrases bien mâchées,

Les mots fondaient bien vite en autant de crachées,

Et de satisfaction leur tête s’empâtit.

Que disaient-ils ? Oh, de vulgaires choses –

Comme l’on dit, ils s’échangeaient des roses ;

Ils s’admiraient de vaine vanité –

Comme l’on fait lorsqu’on est l’invité.

Voilà un dialogue habile !

Voilà un échange sérieux !

Comme dit le serpent avec sa douce bile

« Vous serez ainsi que les dieux ! »

En bref, ils dialoguaient avec des mots si justes,

Qu’ils dirent à la fin qu’on leur ferait des bustes ;

Ainsi, quand ils furent partis,

De leur pauvre statut ils se crurent sortis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s