KÉRYGME

Il est un Dieu qui t’aime et qui t’offre Son Cœur, Qui brise les remparts de ta sombre rancœur, Tellement fou qu’Il fut l’enfant dans la mangeoire, Qui prenait de sa mère un pauvre sein pour boire ; Innocent qui mourut comme le meurtrier, Sur la Croix de la honte Il ne fit que prier…

À L’HEURE DE NOËL

Crains-tu l’ennui cruel d’une triste existence, Mon ami ? Car la mort raccourcit la distance Qui reste encore entre elle, et toi, tu pars, tu fuis ; Dans ta fuite la mort, perfide, te poursuis. Tu cherches ce Bonheur que chaque homme convoite, Et crois parfois trouver la gaîté, mais tu boite : Cet insatiable…