Bon Larron

Tandis que le soldat lui remettait sa chaîne,Prostré, l’homme pleurait sa sentence prochaine ; Il ployait sous le poids de la culpabilité.Planaient sur lui la mort et son iniquité. Le visage défait, l’œil hagard, l’âme vide, Il hurlait sa révolte en la prison fétide. Que lui restait-il à vivre ? Un jour, peut-être deux,Puis la mort le […]