COMBAT SUR DES CHEMINS TORTUEUX

Mon cœur est las de tout, de ces moments passés, De ces temps d’infortune et de l’humble journée ; À tant de solitude est-elle condamnée, Cette âme qui paraît des remparts fracassés !? Le désespoir me prend de son coutelas morne, Le noir de la colère et de la folle aigreur Aiguisent avec haine un […] Lire la suite

BLESSURES D’ENFANCE

J’ai l’insigne blafard d’une angoisse troublante : Je vais sans vraiment vivre en ce monde brisé ; Peu savent aujourd’hui que je suis déguisé D’un épais camouflage à l’ombre étincelante. On croirait que tapi dans une peur sanglante J’avance prudemment comme un zèbre irisé, La lumière d’un mot qui m’a pulvérisé Recèle les coups bas […] Lire la suite

CE DONT ON PARLE EN QUATRIÈME

Il me semblait déjà, quand j’arrivais à table, Que l’angoisse retînt ce cœur qui tremblotait ; De sexe et de porno déjà on ergotait. Il semblait que m’épiât un jury redoutable. Je sentis que le match était inéquitable Entre l’ado pubère et l’enfant qu’on m’ôtait ; Je compris ce soir-là, tandis qu’on argotait, Quand dans […] Lire la suite

DÉSESPOIR DE LA DROGUE

Pour R., jeune drogué Un poison te détruit et tu l’aimes, pourtant, Toi que je vois, hagard, te pourrir l’existence Avec un peu de drogue et beaucoup d’inconstance ; Avec ce cannabis tu te crois important. Tu fumes ce venin comme un réconfortant : De lui tu crois en vain qu’il te porte assistance, Que […] Lire la suite

ADDICTION

Je pose mon regard sur un océan terne. Vois-le ! Cet océan, vois-le me tourmenter ! Son flux morbide est là qui prétend m’enchanter : Le malheur bruit, déjà, de son eau qui me berne. Un phare m’éblouit de sa pâle lanterne, Inondant ce regard qu’il aime à régenter ; C’est cet obscur éclat qui […] Lire la suite

SÉDUCTIONS

Je tremble de frayeur devant tant de violence, Et, dans mon cœur meurtri le Mal vient en silence Me susurrer la Haine et un sombre désir ! C’est l’envie de la mort, d’avoir ce faux plaisir De venger sa misère et de vaincre sa peine. Point d’Amour, point de vie dans la sombre Géhenne. Comme […] Lire la suite

LUTTE

Se laisser submerger par les flots du rivage, Les vagues du tourment qui enchaînent ma nage, Se laisser caresser par la main du Démon, Par l’âcre fourberie du sel d’un goémon… Tel est mon quotidien de chrétien idolâtre, Cherchant le réconfort chez un mari mulâtre. Sans même contempler du Christ les yeux mourants, Finir par […] Lire la suite

LOI VEIL

Dans un monde où l’on tait les bruits de la violence, Une plainte s’élève au milieu du silence ; Comme le cri mortel d’un oiseau de malheur, C’est cette plainte-là dont j’entends la douleur. Dans ce pays qui meurt d’entrer en léthargie, Le Mal a pris l’aspect, froid, de la chirurgie ; Profitant du péché […] Lire la suite

MARTYRE SCOLAIRE

En hommage à la fille de Nora Fraisse L’école… Je n’ose pas même m’en souvenir, Et si je m’en souviens, Je m’en souviens comme si c’était hier ! Vous autres, les neurotypiques, Vous regardez la différence Avec tant de mépris ! L’école… Je m’en souviens comme si c’était hier, Des moqueries, de la cruauté, De […] Lire la suite

SOLITUDE D’UN SOLITAIRE

Comme un sentiment de calme Sur l’océan, Comme une douce flamme Dans le foyer, La solitude est le chemin de ma liberté, La solitude, la douce solitude Est ma tendre destinée. Et pourtant… Même à moi, aspie, Cette destinée n’est pas remplie de promesses, Cet avenir est vain. Même à moi, aspie, La solitude est […] Lire la suite

PROFANATION

Suite à l’odieuse profanation d’une église en Hongrie. Ombre d’un silence, Qui glace le sang. Dans la nuit, Les traîtres l’ont défigurée, Notre Reine. Quelques hommes de Satan, Des possédés, Des gens de haine, Ils l’ont défigurée ! Cette peinture noire sur les yeux De Marie, Cette peinture si noire, D’un noir inhumain ! On […] Lire la suite

JOURNAL D’UNE ÂME DAMNÉE

Tristesse et peur me meurtrissaient comme un jour de détresse ! Dure rancœur et dur péché en ce jour de tristesse. En cette soirée de printemps il semble que je prie, Mais vers le noir démon, Satan, c’est mon mal que je crie, Implorant à genoux ma mort, ce fléau humaniste ! Je n’ai plus la chance […] Lire la suite

PRAYFORPARIS

Ils ont été tués au hasard des balles qui les frappaient. Pour eux, Pour tous ces morts, Pour tous ces gens qui ont subi un injuste sort, Je prie. Je porte le deuil Dans mon cœur. Je porte le deuil pour tous ceux qui ont subi Les assauts De la barbarie. Eux qui ont pris […] Lire la suite

L’OMBRE DU JOUR

L’ombre du jour, tel un éclat nocturne, Lève son voile et embrasse la Mort ; L’ombre du jour, constance taciturne, Brise mon âme avec l’épée du tort. Cette ombre diurne est une mer aride, Un sacrilège aux atours de sacré ; Elle est la main qui me tient par la bride, Et qui remplit mon cœur d’un […] Lire la suite

CHAGRIN D’AMOUR

Si tu savais ! Ta voix manque à mon cœur, Ta douce voix qui chassait ma rancœur, Dis-moi, dis-moi, où l’as-tu donc cachée ? Dis-moi, dis-moi où elle est attachée ! Ô femme aimée, qui ne veux pas de moi, Ni de l’amour que je porte pour toi, Je me sens seul et je peine à comprendre ! Est-ce […] Lire la suite

PECHES CAPITAUX (I – ORGUEIL)

Premier de tous, malicieux, tacticien, Il chante l’air d’un génial musicien ; Il donne à boire une eau presque sucrée : L’urine infâme et faussement sacrée Du Mal sournois, du Mal pernicieux, Ce poison noir, ce poison vicieux. Petit grappin, c’est au cœur qu’il s’accroche ; Bientôt la chair du cœur redevient roche.

FUNERAILLES

La plainte s’élevait du sinistre tombeau, En un concert funèbre et beau, Et dans le cimetière empli d’âmes en peine, Il semblait bien que la Géhenne Avait pris le défunt de ses feux noirs et morts ; Tous en semblaient pris de remords. La plainte s’élevait vers les Hauteurs glorieuses, De pleurs aux grâces douloureuses […] Lire la suite

Dégoût de Dieu

Déçu à jamais par la vie, Il s’envole, loin, le petit oiseau. Déçu à jamais par la vie, Il semble qu’il n’a jamais existé. Quel est cet oiseau ? C’est nous. Quel est cette vie ? C’est notre Foi. Car ce n’est pas la Foi Qui nous abandonne, C’est l’homme qui s’en éloigne Par le péché. Ô […] Lire la suite

Dans notre France qui meurt

Dans notre France qui meurt et qui refuse de vivre ; Dans notre France qui ne croit plus en Dieu et que gouverne Satan ; Il y en a bien peu qui croient. Dans les Cités de ce monde existe-t-il une âme assez belle pour se dire : Dieu existe ? France, pauvre France, pays infidèle !

FIN D’UN HÉDONISTE

Ô passion de l’âge et viriles années Dont l’ingrate vieillesse a flétri la vigueur, Ô violence des ans et des bouches damnées Aux injustes soupirs, à l’inique langueur, Dans mon cœur las de tout vous insufflez la haine, Dans mon cœur las de tout vous déposez ma peine ! Je n’aurai jamais plus de femme à […] Lire la suite