CHANTS AU LANGAGE ET À L’EXPRESSION

I AUX COMPAGNONS DE MON EXISTENCE Le poète est ce chanteur à vif, À fleur de peau, Empli d’émotions et d’empathie ; Il semble même qu’il aime ! Le poète est ce joueur de lyre, Ce joueur de flûte, Plein de bonté pour la vie qui le porte ; Comme un homme il chante, Comme…

UN JOUR DE PEU

C’est comme un jour de fête, un jour de peu, Les nuages sont chassés, le Soleil brille. Pas de pleurs, pas de cris, simplement de la joie. Pas de préoccupations du monde, ni de peur, Simplement de la joie au quotidien. Un jour de peu, C’est un beau jour ; Un jour de beau temps,…

DEUX MILLE TROIS CENT TROIS

Deux mille trois cent trois. C’était un jour, je ne sais plus lequel, C’était un jour mort, terrible, effrayant, Un jour sans fin et un jour achevé. Dans son corps de fer, l’homme – Pouvait-on Encore l’appeler ainsi ? –, l’homme, dis-je, Marchait au milieu des décombres. La guerre faisait rage. Il n’y avait plus rien,…

GRANDE ARMÉE

Dernière folie d’un homme misérable, Dernière lubie d’un tyran déplorable, Qui crut qu’assez bien nul jamais ne l’estimât,[1] La Grande Armée tomba sous les coups du climat, Sous les assauts neigeux que seul le Temps supporte, C’est dans le froid, le froid du lointain qu’elle est morte. Les soldats impérieux étaient agonisants ; En deux mois…

NAISSANCE D’UN POÈME

Entends ce doux murmure ! entends la poésie, Qui se met à chanter un air de frénésie ! Entends ce doux murmure ! entends l’inspiration, Guider la main du cœur, guider la narration ! Écoutes donc la vie et laisse-la écrire ; Même dans la tristesse, il te fera sourire ; Il fait fleurir en toi comme un beau myosotis :…

Mabruk!

Ya 3arabi! Ya lu9a l-jamila! Al-yom qalat bint min al-lubnan: “mabruk” ra9ma nafsi wa lughati l-9arib! Ya 3arabi l-lu9a! Anti l-lu9a n-nafs, anti 1-1ahab min al-macharik! Yallah! Ibn al-afwak! U3tuni l-3iraf l-3arab! U3tuni iyyaha wa kabla l-muslimi, hadha l-a4, llati la a3rif jamila l-injil!

POEME A LA MATERNITE

Étrangeté de la vie maternelle ! Douces mamans qui donnez votre amour À vos enfants, qui donnez chaque jour Cette bonté qui paraît éternelle ! Chères mamans qui donnez votre sein À vos enfants, âmes toute données ! Chères mamans, ô femmes étonnées De voir l’enfant offrir ce beau dessin ! Chères mamans, ô mères…

PENSEES D’UN ASPIE

Asperger. À l’oreille incongrue du typique, Cet Homme à la coutume à mon cœur utopique, Ce mot résonne. Froid, glacial, et terrifiant, Je l’étais, je le suis encore. Pétrifiant, Pétrifié, je le reste ! Ô belle maladie, Qui me donna la langue et l’humble prosodie, Tu ne peux rien sur moi, pas même la douleur…

L’INSPIRATION VIENT

Saint-Donatien, un jour de mars 2004, il fait froid dehors, l’hiver a duré ! J’écris un poème pour Napoléon ! Il me faut seulement une heure pour écrire six quatrains, vingt-quatre octosyllabes ! Un don se révèle. Les Ponts-de-Cé, février 2009, il fait froid, mais le printemps vient. J’écris, et j’écris mal depuis Derval ! Que j’écris mal. Mon…

NUIT DE NOCES

C’était la nuit, la nuit de nos primes amours ! Dans un feu de tendresse, un élan de velours, Je te pris dans mes bras, toi qui m’étais offerte Par Dieu ! Sur cette bouche à mon cœur entr’ouverte, Je mis un long baiser, un baiser apaisé ; Et déjà nous voguions sur le flot embrasé ; J’entrai dans…

À TOUT PARTISAN DE L’EUTHANASIE

La dignité de l'homme, une bien grande question ! Qu'est-elle ? Je vous le demande, à vous, qui semblez en être les grands spécialistes ! Je vous le demande encore, à vous, médecins, infirmiers, politiques ou citoyens lambda engagés dans cette association ; vous devez bien avoir une réponse à la question : Qu'est-ce que…

DIGNITÉ DE MOURIR

On me parle aujourd’hui de la mort, cet outrage, On me dit de la mort, ô satanique ouvrage, Qu’elle brise la vie et aussi l’entourage !¨ De l’hôpital on dit qu’il devient un mouroir, Pour tous ces condamnés qui souffrent d’un mal noir, N’avons-nous ni bonheur, ni chance, ni espoir ? Oui, monsieur Romero,[1] j’accepte la souffrance !…

SONNET À L’INSPIRATION RETROUVÉE

Devant le dur échec de sa frêle assurance Ma plume devenait un objet au goût rance, Du Ciel glorieux n’osant invoquer les rayons, Quand un jour j’entendis les saints que nous prions. « S’il savait ! s’il savait toute cette souffrance Que Jésus endura, il aurait l’espérance, Il reprendrait courage et prendrait ses crayons ! Nous, beaux anges…

CONQUÊTE DES ALPES

Robustesse des ans aux antiques vallées ! Alpes dont rien n’abat la fermeté des flancs ! Sur tes brillants glaciers – sur ces assassins blancs – L’Homme combat la Mort avec ses mains gelées. Prends garde ! ô imprudent, prends garde à ses élans, Des âmes qu’en ces lieux la Mort eut avalées, Ait crainte ! Car le froid qui…

ÉLOGE DE LA POÉSIE

Ô douce ardeur des vers, raz-de-marée lyriques, Dieu seul peut vous passer, Lui seul fait vos suppliques ! Ô puissance des mots, force des désarmés, Dieu seul peut vous mener, Lui qui les a formés ! Poésie, mon amie, ma tendre amie, fidèle, Art qui m’a façonné, tu fus l’humble chandelle Qui éclaira mon cœur au milieu…

INSPIRATION

Venez, mes compagnons, venez donc à ma main, Entraînez-la vers vous tel ce tendre gamin Qui d’impatience tire une main maternelle ! Armez-la de vigueur et de joie éternelle ! Oui, mes chers compagnons, sur d’infinies blancheurs Sachez donc avec force épandre vos humeurs ! Tantôt tristes, tantôt joyeuses, tantôt belles, J’aime tant la beauté de vos lettres…

RENCONTRES HONGROISES – NIKOLETTA

 L’on partait de l’église en chantant Ta grandeur,En accueillant Tes dons, en louant avec ardeur.Je me rappelle alors ma cousine, joyeuse,Qui m’embrasse les joues de sa bouche fort pieuse –Elle qui prie souvent le Seigneur, Dieu de gloire –Et me dit quelques mots que j’ai cru ne pas croire :« _Cher Vianney, cher cousin, je veux te…

La trahison de Satan (magyarúl)

Megy az Isten a Mennyországban és mond az Angyaloknak – a mennyi világos katonák, hogy a Mindenható Atya, a Mindenszeretés, kérdesz a nagy Angyalt, a Világtesó: Aki Luciferinek hívják. „Aki Engem nem akart, senkit szeret. Aki Engem akart, Én a Szeretés, senkit sem szeret. O Világtesó, Engem akarsz?”„Mindenható Isten, Neked a nagy Dicsőség! Minden Angyalokat…

UN PIÈGE DÉLICIEUX

Voyez la feuille verte agitée par le vent ! L’Araignée s’y cramponne et combat l’élément Qui ballotte sa soie comme par moquerie. Le souffle éolien redouble de furie ; Ah ! terrible Ouragan, n’es-tu jamais lassé ?   Affaibli, amoindri, épuisé, harassé, Tiens bon, fier prédateur, car bientôt la lumière D’un pinceau enflammé peindra ta toile entière.   La glu…

LA FIN DES TEMPS

C’était un jour d’octobre, un jour sombre, un jour froid, Dans un monde détruit où plus un blé ne croît. À gauche, tout un champ de vignes décrépies Que trois maigres corbeaux défendaient face aux pies. Au loin, on pouvait voir la sombre humanité S’enorgueillir de vivre en toute impunité, Vivre de son péché tout…