Il fut haï de tant mais respecté de plus,
Cet Indien valeureux dont l'assurance droite
Marquait son homme… Armé de ses yeux résolus,
De la puissante aura que le jaloux convoite,

Jamais - l'Indien le sait -, il ne lui fut soumis,
À ce Blanc qui ne put imposer sa coutume,
Car lui ne voulait pas leur être ce commis
Qui parlât en anglais les mots de l'amertume,

Servît le président de ce pays voleur,
Rendît grâce à son Dieu pour l'invasion même !
Il était fier, distant et froid, et de valeur,
Cheval Fou, pas l'Indien au visage trop blême

Qui désire la nuit de la réserve… Las !
Pouvait-on le comprendre et désirer le suivre,
Quand lui se retirait sans même un coutelas,
Méditer loin de tout la tristesse de vivre.

D'Indiens agonisants que pouvait-il sauver,
Sauf l'honneur d'être d'eux et non de l'Amérique ;
À ce monde sans loi que fallait-il prouver,
Puisque pour ces vieux Blancs la ruse chimérique

Avait plus de valeur que le dû qu'on promet.
La promesse du Blanc n'est que la mélodie
D'une pipe brisée au nauséeux fumet ;
De la justice vraie est est la parodie :

Le coyote vaut mieux que leur noir boniment.
Cheval Fou entendait le faux de leurs sornettes,
Se couvrait le visage avec ressentiment,
Et se disait encor que de leurs baïonnettes,

Il ferait toujours fi, même jusqu'en périr.
Un jour, on l'emmena, pour parler de sa vie,
Car dans cette réserve où l'homme croit mourir,
On prétendait souvent avec un air d'envie

Qu'il rêvait d'être chef de tout le peuple Indien.
Mais le dur Blanc, le traître ou le faible, de dire ;
Lui savait qu'on voulait qu'il mourût. Un gardien -
Mais Cheval Fou sut-il qu'il l'était, ce vieux sire ? -,

Un gardien s'avança, lui désigna un lieu.
Cheval Fou de blêmir : une maison barrée,
Une prison des Blancs l'attendait au milieu !
Le policier, jadis, fut en cette contrée

Un frère lakota qui guerroyait le Blanc,
Et désormais, muni de quelque baïonnette -
Qu'il pointe prestement sur son fragile flanc -,
Il lui dit de se rendre et passa la chaînette

À ses mains de guerrier fort, puissant, insoumis ;
Mais Cheval Fou, fougueux, refusa la menace
Et préférer tomber pour n'avoir point admis
Ce joug des Blancs maudit par son esprit tenace.

Il était bien trop tard que le peuple comprit
Quel brave ils avaient là, lui qui ne céda oncque
Aux soupirs mensongers d'un tyrannique esprit,
Qui vous jure l'entier que de son cœur il tronque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s