Les ombres ont bruit d’un terrible silence, 
L’éclat d’une pâleur sans le soudain des noms 
A fini par clamer ce que nous assénons : 
Devant l’art du beau vers un maigre esprit s’élance. 

Vous armez de la lyre à la folle excellence 
Ce nigaud méconnu que d’un trait nous crénons ; 
Ces palais qu’il possède et qu’il dit cabanons 
Disent son misérable avec grandiloquence ! 

Dormant sur le trésor de sa basse froideur, 
Il chantonne à l’envi son atour paradeur 
Et se pavane autant que l’ombreux du mensonge. 

Le lui crierai-je un jour depuis les hauts sommets ? 
À dire ces mots-là dans l’illusoire songe,
Je me rêve honorable et ne le fus jamais. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s