Lapin faquin


À confondre l’Islam et sa prétention,
Cet animal simplet qui pense comme une huître
Ne vaut pas mieux, hélas, que le rire d’un pitre
Qui pleure les exploits de son ambition !
 
Il est cet homme sombre à la tristesse insigne
Qui ne voit pas plus loin que ses airs miséreux,
Homme sans foi, sans loi, sans amour, malheureux,
Il prétend devenir l’apôtre de sa vigne,
 
Mais ne fait résonner que le son tambourin
D’un désespoir ingrat face au salut du monde !
Plus haineux que sensé, il attaque l’immonde,
Mais lui vomit dessus son ignoble purin !
 
Il n’est pas plus adroit que les chances amies,
Celles-là même qu’il hait au plus profond de lui ;
Ruminant comme un âne jusqu’au bout de l’ennui,
Il donne au spectateur le goût des infamies.
 
Il appelle à la paix en espérant la mort,
Il craint la violence et rêve de massacres,
Et ses mots ne sont là que comme simulacres
D’amour, de tolérance et de paix… Ils ont tort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s