L’incarné


« Je suis Emmanuel, sauveur de mes élus,
Ceux qui surent choisir mon nom parmi les autres ;
Car la menace est là, Français, de faire vôtres
Les cris ou la révolte à jamais superflus !
 
Parce que ce projet que je défends pour vous,
C’est l’amour que je porte à vos étranges âmes ! »
Incarnant l’impuissance aux airs de garde-à-vous,
Il préside son peuple avec de subtils blâmes ;
 
Il n’est qu’un histrion à l’esprit financier,
Dont l’ego se mesure avec cette planète
Du dieu romain. Souvent son air ambulancier
Bruit dans le tout-va-bien de quelque fourgonnette,
 
Mais ne vous leurrez pas sur l’âne président :
C’est pour vous secourir qu’il démolit la France ;
Dieu-avec-moi-le-fric, tant pis pour le sans-dent,
Il préfère aux discours une imbécile transe.

2 commentaires

  1. J aime particulièrement
    Oserai je un signe du Puissant ?
    Le fond comme la forme.
    Continue Vianney la littérature Française s enrichit encore et toujours par les passionnés du mot de la pensée et de la poésie.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s