Gloutonnerie


Dans l’auguste silence un jour encanaillé,
Un esprit revenu de sa folle misère ;
Sur le papier de l’encre un air dépenaillé,
Le poids d’un sentiment qui clame le rosaire
De l’homme impénitent priant son Adversaire ;
 
L’homme sans volonté se laissera punir.
Je ne sais que penser de ce jour formidable
Où l’ombre a retenu ce qu’elle peut ternir ;
Il n’est pas de folie à l’air plus redoutable
Que le silence sourd du patois détestable,
 
Point de malheur aux flots plus durs et tourmentés
Que le vocal sournois d’une flamme indicible !
L’homme court à l’Enfer pour les tons argentés
D’un exécrable honneur au ventre irrésistible :
Gourmet insatiable il se croit perfectible
 
Car il se pense bon, juste, joyeux, vivant ;
Il va replet, serein, mais court droit vers sa perte.
Il ne pense pas même au quidam le suivant
Qui réclame un regard, non une feuille verte.
L’homme se croit plus grand que la Croix découverte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s