Le Songe d’un salésien


Dans ce tumulte noir de puissances hostiles,
Le pauvre galion que guide un homme âgé ;
Autour du bâtiment tout un peuple enragé
Lui lance sans arrêt de nombreux projectiles.

Ces coups peccamineux demeurent inutiles,
Car aucun ne paraît l’avoir endommagé ;
Il gagne sans soldats le combat engagé,
Les assauts les plus durs apparaissent futiles.

Voyez ! cette colonne éloigne les malheurs,
Cette autre plus petite efface tous les pleurs ;
Le grand navire vient pour y mettre une amarre.

Face au méchant qui veut assassiner son chef,
L’Église paraît frêle avec son tintamarre,
Mais reste pour toujours cette invincible nef.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s